RSE : quelle est sa définition et comment l’appliquer ? 

Date de parution

07/04/2023

Sensibilisation à La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE)

La définition de la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) aborde de grandes thématiques comme le développement durable, les préoccupations sociales ou encore les relations entre les divers acteurs économiques. Il s’agit d’observer et d'améliorer la contribution des entreprises aux enjeux majeurs actuels. 

Comment définir la RSE ?

Quelle est la définition de la RSE ?

La Responsabilité sociétale des entreprises (RSE) que l’on appelle parfois Responsabilité sociale des entreprises est un concept qui vise à généraliser des pratiques durables à l’égard de différents enjeux cruciaux de notre société.

Il n’est pas simplement question ici de maximiser des profits, mais d’encourager les acteurs économiques à adopter des comportements éthiques par le biais de leurs opérations courantes. Il s’agit ni plus ni moins que de les responsabiliser en soulignant leur importance et leur rôle dans la marche de notre monde.

La RSE est de la même façon définie par la Commission européenne comme : « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes. ».

Cela dépasse le cadre légal, car la RSE promeut davantage l’engagement des dirigeants dans l’adhésion aux enjeux écologiques, sociaux et éthiques. Cette considération porte aussi bien sur leur propre activité que lors de leurs interactions avec des fournisseurs, des partenaires ou des clients.

Quelle est l’histoire de la Responsabilité sociétale des entreprises ?

Si les problématiques en lien avec la transition écologique semblent récentes, le principe même de RSE est bien plus ancien. Cette volonté d’inscrire les entreprises dans une démarche éthique peut remonter jusque dans les années 1950.

C’est en 1953 qu’un économiste américain, Howard Bowen, évoque pour la première fois le concept de la responsabilité sociale d’un dirigeant. En instituant l’entreprise comme acteur à part entière de la société, son rôle prépondérant est à relever dans le bon fonctionnement d’un pays.

Au fur et à mesure des années, le principe de RSE s’est affiné en s’adaptant aux évolutions de notre monde. C’est pourquoi les enjeux majeurs du climat ont été intégrés aux divers critères éthiques.

Réglementation : quelles sont les obligations en matière de RSE ?

Le sujet des obligations RSE des entreprises en France est multiple. Dès lors, dans la mesure où la responsabilité sociétale traite de différents thèmes comme l’environnement, l’aspect social, l’économie et la transparence financière, ce qui doit être respecté n’est pas toujours subordonné à une réglementation.

Ainsi, nombre de pratiques sont soumises à des obligations légales, parce qu’elles sont assujetties à la législation en vigueur, qu’il s’agisse des lois françaises ou européennes. Cela inclut, par exemple, les normes du travail, les droits de l’homme ou la protection des écosystèmes.

Certaines actions relèvent plutôt de l’engagement volontaire. Quand il s’agit du bien-être au travail, du choix des fournisseurs ou encore d’un certain niveau d’adhésion dans la transition écologique, l’entreprise connaît un seuil législatif. Elle peut cependant aller au-delà, dans le cadre de la RSE.

Les règles s’avèrent variables en fonction de la juridiction. Il existe donc un volet légal et une autre part qui correspond à l’implication personnelle d’une organisation.

Entreprise : quels sont les trois piliers de la RSE ?

La norme ISO 26000, qui est le standard international, mentionne 7 thématiques principales pour la définition de la RSE :

  1. La gouvernance de l’organisation
  2. Le respect des droits de l’homme
  3. Les relations et les conditions de travail
  4. La protection de l’environnement
  5. La loyauté dans les activités (lutte contre la corruption)
  6. Les problématiques relatives aux clients
  7. Les communautés et le développement local

Il est possible et plus largement répandu de la catégoriser en 3 piliers fondamentaux. La considération de ces 3 grandes thématiques doit permettre aux entreprises de France d’intégrer une démarche RSE viable et éthique. Cela concerne :

  • L’aspect social : bien-être des salariés, respect des communautés et des parties prenantes, etc.
  • Le volet économique : création de valeur et d’emplois, soutien et choix de fournisseurs locaux et durables, achats responsables, etc.
  • Les enjeux environnementaux : réduire l’empreinte carbone, raisonner la consommation de ressources, effectuer des économies d’énergie, etc.

Le terme de « pilier » est utilisé ici afin de mettre en exergue l’importance de ces thématiques.

Enjeux : quel est le but d’une politique RSE ?

Quels sont les avantages d’une démarche RSE ?

Si une partie de la définition de la RSE revient à respecter les lois en vigueur, que ce soit en France ou en Europe, cela va beaucoup plus loin. Nous sommes ici dans une approche globale et en partie volontaire.

Pour inciter les organisations économiques à intégrer ce concept, on ne doit pas oublier de mentionner les multiples avantages à inscrire dans ce type de démarche.

Le premier d’entre eux consiste à embrasser pleinement le rôle d’une entreprise. En tant qu’acteur social, elle possède une certaine responsabilité. Il faut considérer l’activité économique comme créatrice de liens et d’emploi. Elle permet de la même manière de faire vivre, par le biais de la chaîne d’approvisionnement, des fournisseurs et divers partenaires.

Le deuxième avantage réside dans l’intégration d’une démarche bénéfique pour notre planète. Que ce soit par le développement durable ou par les actions en faveur des salariés et du bien-être au travail, la RSE s’inscrit dans l’amélioration de l’état de notre société. Il s’agit ici d’enclencher un cercle vertueux qui touche tous les échelons de notre pays.

Enfin, d’un point de vue économique, le respect et la promotion de la RSE peuvent considérablement bonifier l’image de marque d’une entreprise. Par effet de levier, cela offre la possibilité d’attirer et de fidéliser des clients, de créer un avantage par rapport à la concurrence et d’améliorer la performance globale de l’organisation.

Quels sont les défis présentés par ce type d’approche ?

Comme nous avons pu le constater, les avantages se révèlent nombreux et puissants pour l’activité économique et l’aspect éthique. Intégrer ce type d’approche reste cependant complexe, car les stratégies RSE s’inscrivent dans une vision à long terme.

Voici les principaux défis de cette méthode pour une petite, une moyenne ou une plus grande organisation :

  • Maîtriser les coûts élevés : une pratique durable et morale peut occasionner de nouveaux frais et des investissements importants, surtout pour les plus modestes entreprises.
  • Engager les parties prenantes : impliquer tous les partenaires de la société (employés, clients, fournisseurs et pouvoirs publics locaux) afin d’accroître les chances de réussite.
  • Concilier les finances et l’aspect social : trouver un équilibre entre ces deux impératifs, car ils peuvent parfois entrer en contradiction.
  • Faire face à la résistance interne : sensibiliser et former ses salariés est primordial afin d’inclure toute l’organisation dans une nouvelle approche.
  • Avoir un comportement transparent : afin de ne pas être taxé de publicités mensongères, il est important d’afficher réellement l’état de la situation et l’avancement des procédures.
  • Surveiller la concurrence : en fonction du secteur, des compétiteurs peuvent tirer les prix vers le bas, ce qui complique l’augmentation des coûts liés à des pratiques plus éthiques.

L’ensemble de ces défis peut occasionner des freins dans l’intégration de la démarche RSE dans une société. C’est la raison pour laquelle les dirigeants et les responsables se doivent d’acquérir une vision claire et durable de leur modèle d’affaires.

Management : comment mettre en place un projet et une stratégie de RSE ?

En tant que chef d’entreprise ou manager, comment mettre en place une démarche RSE ? Plusieurs étapes sont nécessaires à cela :

Étape n° 1 : faire un état des lieux de vos pratiques

Cette étape préalable va vous donner l’occasion d’observer, parmi l’intégralité de vos activités, ce qui peut convenir ou non à une stratégie RSE. À l’issue de ce diagnostic, certaines pratiques pourront être conservées et d’autres seront peut-être à faire évoluer.

Étape n° 2 : sensibiliser et former vos équipes et vos partenaires à cette nouvelle approche

Pour que cela fonctionne, les responsables en développement durable ne doivent pas être les seuls concernés. Il faut ainsi inclure et sensibiliser tous vos employés et déterminer ceux qui seront en charge de contrôler certaines évolutions. Il est primordial de convaincre toutes les parties prenantes d’une société afin d’enclencher un cercle vertueux pérenne.

Étape n° 3 : mettre en place les évolutions de pratique

Avec une ligne directrice à court, moyen et long terme, prévoyez vos actions en fonction des trois grands piliers et déterminez des priorités. Il est nécessaire d’être transparent en cherchant l’équilibre entre coûts et stratégie RSE. C’est de la même façon à cet instant que vous pourrez communiquer sur votre nouvelle démarche.

Étape n° 4 : contrôler les résultats de votre société

Avec des études et des rapports RSE, contrôlez les différents changements, insufflez et constatez les améliorations au niveau des trois piliers fondamentaux. En fonction des résultats, il est possible de réaliser des ajustements et de communiquer sur vos avancées en la matière. Un retour positif doit être valorisé, que ce soit auprès de vos employés, de vos clients, de votre communauté politique locale et de tous vos partenaires économiques.

 

Vous aimeriez former vos équipes aux problématiques de la Responsabilité sociétale des entreprises ? Consultez notre catalogue de formations en ligne afin de trouver celle qui pourra sensibiliser vos salariés à la RSE.

Inscrivez-vous vite à notre newsletter pour ne rien rater de l’actu du Digital Learning

« * » indique les champs nécessaires

Renseignez votre e-mail professionnel, c'est plus sympa 🙂

En validant votre formulaire, vous acceptez que Callimedia vous envoie des communications sur nos offres et services. Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment. En savoir plus sur notre Politique de confidentialité.

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.