Comment prévenir les troubles musculosquelettiques au travail ?

Date de parution

18/03/2022

Gestes et Postures

Une grande partie des emplois, tous secteurs d'activités confondus, font face aux Troubles Musculo-Squelettiques (TMS). Si a prévention des troubles musculosquelettiques au travail est une nécessité pour la santé et le bien-être des employés, comment procéder, et pourquoi ?

Définition des TMS (Troubles Musculo-Squelettiques) liés au travail et prévention

Fréquents, les troubles musculosquelettiques nécessitent une attention toute particulière. Afin de pouvoir agir efficacement contre le risque de troubles musculosquelettiques, il est d’abord conseillé de se pencher sur leur définition et les causes.

Que veut dire TMS ?

Les TMS sont différentes maladies et affections des muscles, des articulations, des tendons et des nerfs. Ils résultent de contraintes imposées au corps dans l’exercice de certaines activités. Le dos, les membres supérieurs tels que les poignets, les coudes ou les épaules, ainsi que les membres inférieurs comme les genoux, sont les parties du corps les plus touchées par les TMS. Ils se manifestent par des douleurs et des rigidités dans les mouvements qui peuvent conduire à des lésions sévères, parfois à vie et handicapantes.

Étant donné que les TMS affectent principalement les tissus mous, les maladies les plus courantes sont : le syndrome du canal carpien, la tendinite, l’épicondylite au coude, ou encore la plupart des lombalgies. Aux premiers symptômes, les troubles musculosquelettiques sont encore réversibles, mais plus l’individu atteint attend avant de se faire prendre en charge, et plus il risque de développer une maladie chronique importante.

Les troubles musculosquelettiques parmi les maladies professionnelles

Les troubles musculosquelettiques sont des pathologies reconnues comme des maladies professionnelles – quand il est prouvé que les gestes et postures au travail peuvent entraîner douleurs et gênes. Les TMS sont en réalité les maladies professionnelles reconnues les plus courantes. Sans prise en charge rapide, elles peuvent entraîner, à terme, des souffrances qui auront des conséquences sur la vie de l’employé, mais aussi sur l’entreprise. D’après l’Assurance maladie, ce ne sont pas moins de 87 % des maladies professionnelles qui sont reconnues comme des TMS. De plus, 20 % des accidents du travail sont liés aux lombalgies, des douleurs dorsales généralement provoquées par l’activité professionnelle et de mauvais gestes et postures.

Quelle est la principale cause des troubles musculosquelettiques liés au travail ?

Les conditions de travail représentent la première cause de troubles musculosquelettiques. Les facteurs physiques peuvent résulter de mouvements répétitifs comme les chocs, la manutention de charges lourdes, les vibrations fortes ou répétées, et les postures inappropriées pour le corps. Quant aux facteurs environnementaux, il s’agit le plus souvent du froid, de la chaleur, du bruit, ou encore d’un équipement mal adapté ou devenu obsolète. Il faut aussi considérer les facteurs psychosociaux, tels que le manque d’autonomie, la monotonie du travail, ou encore la pression temporelle, qui peuvent causer des troubles psychosociaux et musculosquelettiques Ces facteurs augmentent le risque de TMS, et certains secteurs sont plus concernés que d’autres. Selon les chiffres de l’Assurance Maladie en 2017, les mains (incluant les doigts et les poignets) étaient les plus touchées par les TMS à hauteur de 38 %, suivies de près par les épaules à 30 %.

Les causes ne sont pas seulement présentes dans les facteurs de risques, mais aussi dans certains déterminants. L’organisation du travail et de la production, les outils utilisés, la conception des équipements, du matériel et des produits, la posture et les gestes, la polyvalence, ou encore la formation du professionnel font plus largement partie des causes de TMS. Les situations de travail défavorables telles qu’un poste de travail inadapté ou un environnement contraignant peuvent pousser un employé à adopter une mauvaise posture ou des gestes inadéquats.

Les gestes et postures appropriés pour une meilleure productivité au travail

Pour autant, il est possible de diminuer les risques de TMS en associant de bonnes pratiques à une démarche de prévention. De cette manière, les avantages pour le personnel comme pour l’entreprise sont conséquents.

Douleurs et risques musculosquelettiques : quels signes cliniques indiquent des troubles musculaires ?

Les symptômes les plus communs, causés par les troubles musculosquelettiques, sont les suivants :

  • une raideur dans les membres,
  • une faiblesse musculaire,
  • une douleur passive ou ponctuelle,
  • des fourmillements et engourdissements,
  • un gonflement du membre sollicité,
  • une réduction de l’amplitude de mouvement.

La nature de l’affection déterminera les symptômes et le traitement adéquat, mais il est important de rester vigilant. Les premiers symptômes sont de l’ordre de la gêne fonctionnelle et de douleurs ressenties pendant l’exercice de l’activité. Au stade intermédiaire, ces symptômes apparaissent plus tôt et diminuent plus tard, en plus d’affecter la capacité de travail. Pour les TMS avérés, les symptômes peuvent êtres ceux d’une inflammation (gonflement, douleur, chaleur, sensibilité…), d’une perte de mobilité ou d’une grande faiblesse qui empêchent totalement d’effectuer les tâches professionnelles, voire celles du quotidien, et affectent ainsi la qualité de vie.

Adopter les gestes et postures appropriés nécessaires

Avant que les premiers symptômes apparaissent, il est conseillé d’adopter rapidement les bons gestes et postures. Autant du côté de l’entreprise, qui a pour obligation de veiller au bien-être, à la santé et à la sécurité de ses employés d’après la QVT (Qualité de Vie au Travail), que du côté des salariés. Ces derniers, s’ils sont informés correctement, peuvent alors changer leurs habitudes et privilégier les bons gestes.

Tous les acteurs de l’entreprise sont invités à prendre connaissance des gestes et postures affectés à leur domaine d’activités. De cette manière, ils pourront adapter les conditions et l’environnement de travail à leurs besoins, plutôt que le contraire. En attendant, chacun peut commencer par des gestes simples, comme pratiquer une activité physique régulière, commencer et terminer la journée par des exercices d’échauffement, s’accorder des micro-pauses quand c’est nécessaire, et ne pas hésiter à informer les services de santé (médecine du travail) pour obtenir des recommandations.

Comment prévenir et soigner les TMS ?

Afin de prévenir efficacement les TMS, l’employeur doit appliquer des mesures et solutions à la fois techniques, et agissant sur l’organisation de travail. Puisqu’il connaît son entreprise et son fonctionnement, il est le mieux placé pour sensibiliser aux facteurs de risque et former son personnel et ses collaborateurs aux gestes et postures adaptés. Il peut alors proposer des solutions de prévention au long terme adaptées à son secteur, telles que :

  • aménager des postes de travail aux normes,
  • procéder à un roulement de l’équipe pour éviter les mouvements répétitifs,
  • proposer de l’équipement de protection individuelle pour les parties du corps sollicitées,
  • favoriser la cohésion d’équipe en donnant des marges de manœuvre aux employés,
  • améliorer la conception pour privilégier l’effort technique à l’effort humain,
  • sensibiliser sur les mouvements appropriés et former son personnel.

Il existe des traitements pour les TMS, qu’il s’agisse de médicaments, de rééducation, d’orthèses de soutien, ou d’arrêt des postures et mouvements contraignants. Soigner les TMS, quand c’est encore possible, demande du temps et beaucoup de repos. Deux critères qui, à terme, posent problème pour l’entreprise.

Sensibiliser aux TMS et former aux gestes et postures

Sensibiliser ses collaborateurs aux TMS permet d’éviter la perte de productivité liée à la baisse des capacités de travail, aux arrêts maladie, et à l’absentéisme. Protéger ses employés assure, au contraire, l’efficacité et la qualité du travail.

Des secteurs plus touchés que d'autres par les TMS

Les TMS sont plus courants dans certains secteurs que d’autres, mais ils ne concernent pas seulement les emplois exigeants sur le plan physique. Les rapports de TMS correspondent souvent à la station debout ou assise prolongée, ainsi qu’aux équipements de travail inadaptés. Chaque secteur et environnement de travail est impacté, et c’est pour cette raison que la sensibilisation aux TMS est importante, quelle que soit la structure.

Les employés concernés peuvent d’ailleurs s’adresser à plusieurs personnes, que ce soit pour constater, identifier et diagnostiquer les TMS, ou encore entreprendre des actions en faveur de la sensibilisation. Ils peuvent se confier au responsable ou au directeur, aux représentants du personnel, au CSE (Comité Social et Économique), à la CSSCT (Comité Santé, Sécurité et Conditions de Travail), aux chargés de prévention, ou encore aux professionnels de santé.

Pourquoi est-il important de former au sujet des troubles musculosquelettiques ?

Beaucoup de salariés partent du principe que les douleurs et la gêne causées par l’environnement de travail ou la pratique de son activité sont normales, en particulier lorsque l’activité nécessite la répétitivité des gestes. Or, il est possible de prévenir les troubles musculosquelettiques avec de la sensibilisation, et la mise en place de mesures bienveillantes. Avec le module de formation e-learning proposé par Callimedia, Gestes et Postures, vous contribuez à prévenir les risques de TMS et incitez vos collaborateurs à devenir des acteurs de leur santé au travail.

La formation est personnalisable en fonction du domaine d’activités et permet d’apprendre à adopter une meilleure posture dans l’exercice de ses fonctions. Résultat, le personnel formé gagne en vitesse, en précision et en efficacité, ce qui améliore la productivité de l’entreprise. De plus, en veillant à leur santé, à leur sécurité et à leur bien-être, les salariés seront moins susceptibles de développer des troubles musculosquelettiques, de s’absenter pour se reposer, ou de subir un accident de travail. Former aux gestes et postures n’est pas qu’une question de mise en conformité réglementaire, c’est aussi une véritable valeur ajoutée. Investir dans la QVT de ses collaborateurs, c’est investir dans sa propre entreprise grâce à une meilleure fidélisation et un engagement accru de son personnel à atteindre les objectifs.

Inscrivez-vous vite à notre newsletter pour ne rien rater de l’actu du Digital Learning

« * » indique les champs nécessaires

Renseignez votre e-mail professionnel, c'est plus sympa 🙂

En validant votre formulaire, vous acceptez que Callimedia vous envoie des communications sur nos offres et services. Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment. En savoir plus sur notre Politique de confidentialité.

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.