Formation sécurité routière : pourquoi former votre personnel aux risques routiers ?

Date de parution

05/02/2022

Risques Routiers

Le Code de la route évolue et les risques routiers concernent autant les collaborateurs en déplacement professionnel que les employés pendant leur trajet en voiture entre le domicile et le lieu de travail. Mais pourquoi former son personnel aux risques routiers, et comment mettre en place une politique de sécurité routière efficace ?

En savoir plus sur les risques routiers

Beaucoup d’individus ne sont pas au courant de tous les risques routiers possibles et des conséquences possibles. Parfois, le plus petit accident suffit à causer des dégâts allant jusqu’au décès. Suivre une formation sur la sécurité routière pour en savoir plus sur les risques routiers, c’est commencer à se responsabiliser.

Qu’est-ce qu’un risque sur la route ?

Selon le droit du travail, la définition du risque routier implique le risque d’accident grave voire mortel. C’est un risque professionnel à l’origine de 30 % des accidents mortels, que ce soit lors d’une mission ou d’un simple trajet entre le domicile et le travail. La conduite préventive et toutes les mesures de sécurité peuvent suffire à rendre sa propre conduite plus sûre, mais elles ne suffisent pas à protéger des autres.

Pour aller plus loin, le risque routier professionnel peut aller du simple accrochage (dégâts matériels) à la collision (risque mortel physique). Sur la route, tous les individus sont égaux en cas d’accident mortel. Beaucoup, malheureusement, sous-estiment les risques routiers et n’hésitent pas à se mettre en danger, quitte à devenir un danger pour les autres, pour des raisons diverses telles que : gagner du temps sur un trajet, ne pas arriver en retard au bureau, finir ses livraisons plus vite, ou se distinguer professionnellement. Malheureusement, tous ces risques ont un coût : des frais matériels, médicaux et d’assurance… voire le prix de la vie.

Comment réduire les risques liés aux déplacements ?

Sensibiliser son personnel à l’aide de supports visuels, de questionnaires axés sur leur vigilance et d’activités pratiques, les aide à prendre le recul nécessaire sur leur propre conduite. Autrement, l’employeur peut aussi mettre des mesures en places, comme limiter les déplacements des salariés en réalisant une transition vers une organisation de travail plus hybride. Il est également en capacité de :

  • promouvoir les transports en commun,
  • sensibiliser sur l’empreinte écologique,
  • instaurer le télétravail,
  • aménager l’accessibilité de l’entreprise,
  • inciter à l’entretien régulier des véhicules,
  • informer, sensibiliser et former les salariés.

Quel intérêt pour les entreprises de s'engager dans la sécurité routière ?

Les accidents de la route professionnels sont la première cause de mortalité au travail, et ils ont augmenté de 81 % en agglomération, entre 2010 et 2021. À noter que 50 % des individus tués sur le trajet entre le domicile et le lieu de travail, en 2021, étaient à bord d’un véhicule utilitaire ou de tourisme. La moitié d’entre eux était par ailleurs en poids lourd. À contrario, personne n’est décédé dans les transports en commun, trains inclus.

D’après le Livre Blanc de la CNAMTS (Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés), le risque routier a conduit à environ 6 millions d’arrêts de travail en 2012. Ce seul fait a entraîné, pour les entreprises, un coût de 725 millions d’euros. L’intérêt pour les entreprises de s’engager dans la sécurité routière ne relève pas seulement de la santé, de la sécurité et des performances, il est aussi financier. En plus de répondre à leur responsabilité de sensibilisation, les entreprises s’impliquent aussi dans une démarche RSE, où la formation aux risques routiers peut rejoindre les enjeux environnementaux. Moins de trajets professionnels conduit forcément à émettre moins de CO2.

Les risques professionnels routiers et les axes d'améliorations

Une fois que l’entreprise a compris le principe des risques routiers professionnels, elle peut se pencher sur les enjeux de l’insécurité routière pour mettre en place des solutions, ainsi que des mesures préventives.

Quels secteurs d'activités sont les plus touchés par les risques routiers ?

Bien que tous les conducteurs soient concernés par les risques routiers, certains domaines professionnels sont plus touchés que d’autres. C’est le cas des entreprises de livraison, des services postaux, financiers, de santé et de soins à domicile, ainsi que des sociétés de messagerie express. De plus, après les chutes en hauteur, les accidents routiers professionnels sont la deuxième cause de décès dans le BTP.

Selon les chiffres de l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité) en 2023, 28 % des décès lors de déplacements professionnels ont survenu en véhicule de tourisme, 27 % en poids lourd, et 24 % en véhicule utilitaire. Les nouvelles mobilités sont aussi concernées, puisque les accidents en trottinette électrique, en gyropode ou en vélo mécanique ont également subi une hausse d’accidents. Puisque chaque secteur est concerné, les entreprises doivent donc proposer une formation à la sécurité routière.

Quels risques pour une entreprise en cas d'infraction routière ?

Si un salarié au volant d’un véhicule de société commet une infraction routière, il doit normalement prendre la responsabilité de sa verbalisation et payer son amende. Cependant, beaucoup d’employés profitent de cette situation. Si leur identité n’est pas reconnue, ils laissent la verbalisation au nom de l’entreprise, et donc à leur employeur. Pourtant, ce n’est pas à ce dernier que doit revenir la contravention lorsqu’elle a été relevée à partir d’un radar homologué. C’est pour celle raison que la loi n°2016-1547 de 2016 a instauré une obligation légale de dénonciation à l’encontre des salariés. Si elle n’est pas respectée dans les 45 jours à compter de la remise de l’avis de contravention à l’employeur, ce dernier risque une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros.

Mais l’entreprise peut subir plus que des amendes. Les infractions routières nuisent à leur image et à la confiance des collaborateurs et clients. Les conséquences peuvent ainsi être financières à long terme, mais également sur les frais. Les infractions sévères peuvent ainsi entraîner des frais plus élevés au niveau des assurances, sans compter les problèmes opérationnels. Par exemple, un camion endommagé à cause d’une infraction de la route peut coûter :

  • une amende et des points sur le permis,
  • le prix de la franchise et l’augmentation du coût de l’assurance auto,
  • les réparations ou le rachat d’un véhicule utilitaire,
  • une mobilisation du véhicule, soit des jours de travail perdus.

Qu'est-ce qu'une conduite responsable et comment l'adopter ?

Aussi appelée éco-conduite, la conduite responsable implique la mise en œuvre de certains gestes pour réduire son impact écologique. C’est-à-dire : économiser du carburant, décélérer dans une pente, utiliser le frein moteur plutôt que la pédale de frein, rouler aux limitations… Plus qu’un mode de conduite écologique, c’est aussi un moyen efficace de réduire les risques d’accident.

Pour adopter une conduite responsable, il est nécessaire de commencer par prendre conscience de son impact individuel sur l’environnement, la société, et l’économie. Soit les trois piliers du développement durable en entreprise. En agissant avec une meilleure éthique et plus de transparence, chacun peut, à son échelle, se rendre responsable et faire attention à son environnement.

Prévention et formation de la sécurité routière en entreprise

Prévenir les risques routiers et former ses salariés régulièrement apporte de réels bienfaits. L’employeur peut initier le mouvement et devenir un modèle pour ses collaborateurs, aussi bien dans une démarche écologique que sociale et économique.

Pourquoi une politique de sécurité routière est-elle essentielle ?

D’après l’ONISR (Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière), instaurer une politique de sécurité routière au sein de son entreprise doit permettre de réduire les accidents de la route. Les enjeux étant à la fois humains, sociaux et économiques, elle doit pouvoir traiter du handicap et du deuil en cas de perte sur la route, du pourcentage majoritaire de morts parmi les jeunes, et du coût de l’insécurité routière. Ce dernier s’élève d’ailleurs à 50,2 milliards d’euros en 2022 d’après le bilan de l’ONISR, soit 1,9 % du PIB (Produit Intérieur Brut).

Pourquoi la sensibilisation et la formation sont-elles importantes ?

Il en va de la responsabilité d’une entreprise de sensibiliser son personnel et de proposer une formation à la sécurité routière. Éduquer ses collaborateurs permet une prise de conscience individuelle qui, à terme, aura un impact collectif.

Il est donc essentiel de communiquer à ce propos pour limiter les décès ainsi que les dommages physiques et matériels. De plus, les accidents de la route peuvent entraîner des RPS (Risque Psychosociaux) chez certains salariés, comme la peur de reprendre le volant pour aller au travail.

Comment sensibiliser ses collaborateurs à la sécurité routière ?

Réaliser un stage de sensibilisation ou développer une campagne de sensibilisation dans son entreprise peut aider à réduire les risques. Éduquer sur la sécurité routière, avec des exemples et des témoignages percutants, aide les employés à prendre du recul sur leurs habitudes au volant. L’employeur peut aussi déployer un plan de prévention du risque routier adapté.

En termes de sensibilisation, l’employeur peut également organiser une journée de la sécurité routière, avec des ateliers et des animations. Sinon, la formation à la sécurité routière s’avère être la solution la plus efficace. Callimedia a développé pour cela un module de formation e-learning sur les Risques Routiers qui met l’accent sur les bonnes pratiques de conduite, les règles, les dangers et les conséquences. Former régulièrement son personnel et tous les conducteurs à ces règles de sécurité réduit drastiquement les risques d’accidents de la route, mais instaure aussi un environnement plus sécurisé au sein d’une société.

Inscrivez-vous vite à notre newsletter pour ne rien rater de l’actu du Digital Learning

« * » indique les champs nécessaires

Renseignez votre e-mail professionnel, c'est plus sympa 🙂

En validant votre formulaire, vous acceptez que Callimedia vous envoie des communications sur nos offres et services. Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment. En savoir plus sur notre Politique de confidentialité.

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.