Formation sur le droit à la déconnexion : comment et pour qui ?

Date de parution

24/07/2023

Hyperconnexion et Droit à La Déconnexion

L'essor du numérique puis, plus récemment, le développement du télétravail ont entraîné l'apparition d'un phénomène nouveau : l'hyperconnexion. Celui-ci a pris une telle ampleur que la législation s'en est emparée, créant la notion de droit à la déconnexion. De quoi s'agit-il ? Quels sont les dangers de l'hyperconnexion ? Existe-t-il des formations sur le droit à la déconnexion ? Callimedia vous aide à y voir plus clair.

Qu'est-ce que le droit à la déconnexion des salariés ?

Suite à de nombreux cas de jurisprudence, le droit à la déconnexion a fait son entrée dans le Code du travail en 2016. Quelques sociétés l’avaient d’ailleurs anticipé dans leurs accords d’entreprises.

Le droit à la déconnexion garantit au personnel d’une entreprise le respect de son temps de repos et de sa vie privée. Concrètement, cela signifie que chaque salarié, qu’il soit dirigeant, cadre ou employé, a le droit de ne pas être connecté en dehors de son temps de travail. Ceci inclut par exemple les appels téléphoniques, les mails et l’utilisation des outils digitaux au sens large.

La réflexion va plus loin en abordant le concept de temps de déconnexion au travail. Cette notion interroge les bonnes pratiques en entreprise et pose les bases d’une organisation différente du temps de travail, incluant des moments de « pause numérique ».

Le cadre juridique du droit à déconnexion

Le concept fait son apparition dans la loi El Khomri publiée le 21 juillet 2016, plus connue sous le nom de loi Travail. Le chapitre sur l’adaptation du Droit du travail à l’ère du numérique aborde les risques de l’hyperconnexion professionnelle et les mesures mises en œuvre pour lutter contre ce phénomène.

L’article L2242-17 du Code du travail stipule quant à lui que les négociations annuelles d’entreprise concernant la qualité de vie au travail doivent aborder les « modalités du plein exercice par le salarié de son droit à la déconnexion et la mise en place par l’entreprise de dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, en vue d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale ».

Les obligations de l'employeur en matière de bonnes pratiques numériques

Dans l’article précédemment cité, le Code du travail précise qu’à défaut d’accord d’entreprise, l’employeur est tenu de produire une charte définissant les conditions de mise en œuvre du droit à la déconnexion. Ce document, soumis à l’avis du CSE, doit par ailleurs prévoir des actions de sensibilisation aux bons usages des outils digitaux et de formation sur le droit à la déconnexion. Les délégués syndicaux sont souvent partie prenante dans la mise en place de ces outils.

L’employeur est donc tenu de respecter le droit des collaborateurs à n’être connecté à aucun outil digital professionnel en dehors de leurs heures de travail. Cette obligation s’applique à tous les salariés, qu’ils soient sédentaires, télétravailleurs ou nomades.

Certaines entreprises vont plus loin, en instaurant par exemple des jours sans emails ou des temps de déconnexion au cours de la journée de travail. Dans tous les cas, les sociétés doivent faire apparaître la déconnexion dans la négociation annuelle.

Hyperconnexion au travail : la reconnaître pour mieux l’éviter

L’inscription du droit à la déconnexion dans la loi est une avancée à saluer. Reste à définir les modes d’application concrète des recommandations émises. La première étape consiste à identifier l’hyperconnexion au travail et à y sensibiliser les collaborateurs.

La relation entre télétravail et hyperconnexion

Le développement du télétravail, notamment en raison de la crise de 2020, n’est pas sans rapport avec le problème de l’hyperconnexion. Ce nouveau mode de travail implique un usage intensif des outils digitaux, du smartphone à l’ordinateur, avec les possibilités de nomadisme qu’ils apportent.

Le risque est alors pour le salarié de ne plus arriver à se déconnecter, ni à conserver une frontière entre vie professionnelle et personnelle. Pire encore : le travailleur peut avoir l’impression qu’en restant toujours disponible et en lien avec son entreprise, il est plus performant. Ce qui est loin d’être le cas.

Hyperconnexion vs performance

C’est peut-être le principal biais associé aux outils numériques de travail : cette impression que plus vous les utilisez, meilleur vous êtes ! Or, être soumis à un flot permanent d’informations et pratiquer le multitasking n’amène pas à gagner en efficacité.

Concrètement, un salarié qui simultanément travaille sur un dossier, consulte ses mails, répond aux appels et jette un œil aux réseaux sociaux ne se concentre pleinement sur rien. Pire encore : la surconnexion est néfaste pour la santé mentale et physique du salarié et entraîne des risques accrus de burnout.

Thème central du bien-être au travail, la déconnexion doit faire l’objet de formations sur mesure, tant pour le service RH que pour les cadres ou les employés.

Sensibilisation et diagnostic de l'hyperconnexion en entreprise

Toute action de sensibilisation ou de formation sur le droit des salariés à la déconnexion commence par une étude des pratiques numériques en entreprise. Cette étape préalable indispensable consiste à :

  • analyser les habitudes d’utilisation des outils digitaux ;
  • démonter les idées reçues qui poussent à la surconnexion ;
  • identifier les symptômes d’hyperconnexion ;
  • connaître ses dangers sur le plan personnel et professionnel.

Cette approche doit mettre l’accent sur l’impact de l’hyperconnexion sur la santé et sur son inutilité en matière d’efficacité au travail.

Comprendre le droit à la déconnexion

Plus qu’un énième texte de loi, ce concept fait partie intégrante du bien-être au travail et de la création d’un environnement d’entreprise harmonieux. Trois points sont essentiels pour appréhender les enjeux de la déconnexion : l’équilibre entre vie professionnelle et personnelle, la relation entre usages numériques et qualité de vie au travail, les outils pour optimiser les temps de connexion.

Concilier vie privée et professionnelle

Un usage raisonné des outils de communication professionnels conditionne l’équilibre entre le travail et la sphère privée. Voici quelques pistes d’amélioration possibles :

  • ne pas être joignable ni connecté à tout instant ;
  • refuser les sollicitations professionnelles le soir, le weekend et pendant les congés ;
  • réorganiser son temps pour mieux compartimenter les différentes facettes de la vie quotidienne.

Déconnexion et QVT

L’équilibre entre vie privée et professionnelle est indispensable à plus d’un titre, et pas seulement en matière de bien-être. En apprenant à vous déconnecter, vous gagnez sur tous les fronts :

  • productivité accrue ;
  • qualité de vie au travail ;
  • confort mental ;
  • réduction de l’absentéisme et des arrêts maladie.

Organiser son temps, améliorer ses performances, savoir se déconnecter

Le défi de la déconnexion consiste à tirer le meilleur parti des outils numériques sans en devenir esclave. Pour cela, les entreprises ont à leur portée divers dispositifs. Elles peuvent aborder la déconnexion dans la négociation des accords annuels et mettre en place des actions de sensibilisation et de formation.

Comment faire respecter le droit à la déconnexion ?

Pour être efficace, la mise en œuvre de ce droit doit impliquer tout le personnel : dirigeants, cadres, délégués syndicaux, employés… Les outils à disposition sont nombreux et personnalisables, depuis les sessions en présentiel jusqu’aux classes virtuelles.

Quels sont les droits à la formation en entreprise ?

La loi n° 2018-771 du 5 septembre 2018, baptisée loi « Avenir professionnel », contraint les entreprises à proposer des actions de formation à leurs salariés. Cette obligation concerne toutes les sociétés, quel que soit le nombre d’employés. L’employeur est tenu d’organiser une session (non obligatoire) tous les six ans au minimum.

Le financement de la formation

Les actions évoquées ci-dessus sont financées par l’employeur et doivent avoir lieu durant les heures de travail. Callimedia se tient à votre disposition pour tout renseignement sur les modalités de déploiement de ses différentes offres de formation.

Mettre en œuvre votre politique de déconnexion

Régulièrement évoquée durant la Semaine de la Qualité de Vie au Travail, notamment, la déconnexion fait partie des thématiques de formation de plus en plus demandées par les entreprises. Ceci reflète un changement dans la manière d’envisager la disponibilité des employés et l’importance de séparer sphère privée et professionnelle.

Callimedia met son expertise dans le domaine du digital learning à votre service pour concevoir des formations sur mesure. Notre équipe pédagogique élabore un programme en fonction de vos besoins, du type d’apprenants, de votre secteur d’activité… Les modules peuvent aborder différents aspects et sont conçus pour embarquer les apprenants :

  • auto-évaluation des salariés quant à leurs pratiques digitales ;
  • compréhension des enjeux du numérique au travail ;
  • réflexion collective et échanges entre les participants ;
  • études de cas ;
  • notions de prévention des risques et de QVT ;
  • conséquences de l’hyperconnexion sur la santé mentale et physique ;
  • boîte à outils de la déconnexion au travail.

En conclusion

Le droit à la déconnexion est désormais inscrit dans le Code du travail et, à ce titre, les employeurs sont tenus d’informer leurs équipes. Mettre en place une formation dédiée aux risques de l’hyperconnexion et aux moyens de les prévenir constitue un moyen idéal pour respecter la loi et favoriser la qualité de vie au travail. Callimedia vous propose différentes solutions e-learning : n’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier de notre savoir-faire.

Inscrivez-vous vite à notre newsletter pour ne rien rater de l’actu du Digital Learning

« * » indique les champs nécessaires

Renseignez votre e-mail professionnel, c'est plus sympa 🙂

En validant votre formulaire, vous acceptez que Callimedia vous envoie des communications sur nos offres et services. Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment. En savoir plus sur notre Politique de confidentialité.

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.