Quels sont les effets de l’hyperconnexion ?

Date de parution

31/07/2023

Hyperconnexion et Droit à La Déconnexion

Avec les avancées numériques, les modes de travail ont évolué. Découvrez quels sont les effets de l'hyperconnexion sur la vie professionnelle et privée, ses conséquences et comment lutter contre, ainsi que les formations aux bonnes pratiques pour les entreprises.

Hyperconnecté, surconnexion : définition de l'hyperconnexion

Ce mot n’existait pas avant la digitalisation du quotidien et des entreprises, et pourtant il concerne tout le monde aujourd’hui : l’hyperconnexion. Sensiblement différente de la cyberdépendance, l’hyperconnexion implique d’être constamment sur des appareils numériques et connecté à Internet. Dans le cadre professionnel, c’est lorsqu’un employé dépasse un certain temps de consommation aux écrans, ou qu’il reste lié à son travail en permanence, par le biais de son téléphone portable, de son ordinateur, de sa tablette… C’est aussi le cas d’un salarié quand il ne peut plus dissocier sa vie personnelle de sa vie professionnelle. À une époque où une grande partie de la population consomme déjà beaucoup d’applications mobiles, de réseaux sociaux et d’activités en ligne, il est courant de tomber dans l’hyperconnexion

L'hyperconnexion dans le cadre professionnel

La manière de travailler a fortement évolué avec le numérique. Cela concerne aussi bien les salariés que les entreprises, car l’hyperconnexion affecte chaque individu. Il peut d’ailleurs s’agir d’un employé qui reste connecté une fois sorti de ses horaires de travail, ou de la diminution de la concentration au bureau en raison de cette surconnexion. C’est pourquoi le droit à la déconnexion a intégré le droit du travail en 2017.

Quels sont les domaines concernés par l'hyperconnexion ?

Selon la psychologue clinicienne Salomé Benhaim-Cohen, les cadres seraient les « plus enclins » à être touchés par ce phénomène d’hyperconnexion. En raison de leur travail qui ne se déroule pas dans un lieu fixe, ils auraient tendance à rencontrer plus de difficultés à séparer leur vie professionnelle de leur vie personnelle. Pourtant, ce ne sont pas les seuls concernés, puisque tous les employés qui travaillent avec les nouvelles technologies, que ce soit dans les locaux de l’entreprise ou en télétravail, sont exposés aux risques de l’hyperconnexion.

Quels sont les risques de l'hyperconnexion au travail ?

Les risques de l’hyperconnexion sont nombreux et parfois difficiles à déceler, puisque le monde s’est habitué à l’utilisation du numérique et des nouvelles technologies au quotidien : les enfants comme les adultes, mais aussi les entreprises et les salariés. Pourtant, l’hyperconnexion a un impact direct sur la QVT, la qualité de vie au travail. Les risques sont les suivants :

  • un sentiment d’urgence,
  • un surplus d’informations,
  • un impact négatif sur la santé,
  • une baisse de la concentration,
  • une productivité réduite,
  • un temps de travail divisé.

Quels sont les effets de l'hyperconnexion en télétravail ?

Les secteurs en télétravail sont particulièrement touchés par l’hyperconnexion, que ce soit à temps partiel ou à temps plein. D’ailleurs, selon un sondage Qapa de 2020, 80 % des cadres français déclarent répondre à des e-mails ou des messages professionnels hors de leurs horaires de bureau. Les conséquences ne sont pas seulement sur la santé physique et morale. Elles peuvent déborder sur la sphère personnelle (vie de famille…), affecter directement la productivité et se répercuter sur l’environnement de travail. Alors, quand l’environnement en question est le domicile en raison du télétravail, les effets de l’hyperconnexion prennent de l’ampleur et empiètent sur la vie de l’employé. Callimedia propose des solutions efficaces pour appliquer les bonnes pratiques en télétravail.

Que ce soit à distance ou en travail hybride, même si l’employé ne consacre plus de temps aux trajets ou aux pauses café, il passe finalement davantage de temps à travailler pour compenser un moment de déconnexion qui était pourtant dans ses droits. En effet, les pauses sont moins respectées qu’en présentiel, et le temps n’est pas géré de la même manière, puisque tout est à portée et que l’environnement de travail se trouve directement chez soi. Troubles de l’anxiété, sentiment d’isolement, manque de disponibilité, difficultés d’endormissement, cerveau surcollicité, baisse de l’estime de soi… Les effets de l’hyperconnectivité en télétravail se ressentent jusque sur la santé.

Santé : quel est l'impact de l'hyperconnectivité sur notre vie ?

À première vue, l’hyperconnexion propose des avantages certains : l’accès instantané à la culture et aux informations, des outils en ligne pour mieux travailler, le contact permanent avec ses proches… Toutefois, quand une personne dépasse un certain temps de connexion ou que son travail empiète sur sa vie privée, cela peut altérer la santé, jusqu’au burn-out.

Est-ce que l'hyperconnexion peut devenir une source de stress chronique ?

Les conséquences de l’hyperconnexion sur la santé sont nombreuses, aussi bien sur le plan psychique que physique, mental, ou émotionnel. Bien qu’il ne s’agisse pas de cyberdépendance, on remarque plusieurs points en commun avec le comportement qui découle d’une addiction : difficulté à se modérer, perte de contrôle et de la notion du temps… Comme l’hyperconnexion se manifeste par une surcharge d’interactions, d’informations et de sollicitations numériques, si aucune mesure n’est prise, elle peut effectivement devenir une source de stress chronique. D’après l’INRS, une augmentation du travail dans l’urgence s’est faite avec la démocratisation du télétravail. Un terme a été créé pour définir l’anxiété éprouvée en raison de l’utilisation professionnelle des outils numériques : le technostress.

L’employé peut se sentir forcé de traiter toute notification et tout élément qui intervient dans son quotidien pour mériter sa place, comme il peut se sentir submergé par la charge de travail et voir celle-ci déborder sur l’aspect privé de sa vie. Pour certains, cela peut créer un état d’isolement, des troubles de l’attention, de la fatigue et du surmenage, qui entraînent alors des erreurs, et donc du stress supplémentaire. Pour d’autres, l’hyperconnexion peut causer des troubles du sommeil, un burn-out, une dépression, un comportement agressif… Lesquels peuvent, à leur tour, occasionner des conséquences physiques.

Quels sont les risques psychosociaux liés à l'hyper connexion, et quelles solutions RH possibles ?

Les RPS (Risques Psychosociaux) en entreprise concernent le harcèlement au travail, mais également le stress et l’épuisement. Surcharges informationnelle et de travail, risques sur la santé, burn-out pouvant conduire au suicide… L’hyperconnexion peut mener à ces résultats. De plus, quand les employés sont exposés à de tels risques, leur performance s’en trouve réduite et impacte directement l’entreprise. Face à cette situation, les ressources humaines sont tenues de trouver des solutions pour protéger la santé des employés.

Pour cela, ils encouragent leurs collaborateurs à s’informer et à se former afin de détecter les risques de l’hyperconnexion, de manière à prévenir l’épuisement professionnel et lutter contre les souffrances éprouvées dans la sphère professionnelle. Cette démarche est essentielle pour conserver un équilibre sain : de bonnes conditions de travail pour les salariés et une bonne productivité pour l’entreprise.

Se former pour lutter contre l'hyperconnexion

Une formation sur l’hyperconnexion et le droit à la déconnexion permet à l’employeur d’être en mesure de sensibiliser ses employés. L’objectif étant de débloquer une prise de conscience collective qui permettra de respecter à la fois la santé des salariés et leurs droits.

Faire valoir son droit à la déconnexion

Le droit à la déconnexion a intégré la loi du travail, pour la première fois, en 2017. Depuis, les employeurs sont tenus de mettre en place les mesures nécessaires au bien-être des salariés. Elle a été déployée pour responsabiliser les entreprises, d’autant que le respect du droit à la déconnexion avantage tout le monde. Pour faire valoir ce droit, il faut s’en référer à la charte ou procéder à un accord collectif, mis en place à la suite d’une formation adaptée.

À l’aide de celle-ci, l’entreprise peut en apprendre davantage sur ce droit fondamental. Et à terme, employeurs comme employés intègrent les notions de pauses, de préservation de la sphère privée, des limites à respecter et de l’équilibre indispensable à conserver au sein de l’environnement de travail.

Sensibiliser et former les entreprises

L’agence de conseils CogX et l’éditeur de logiciels Lecko ont réalisé, entre 2021 et 2022, une étude mettant en lumière le nombre de jours passés avec au moins un mail reçu hors de la plage usuelle de travail sur le trimestre. Sur plus de 20 000 utilisateurs, 10% s’avèrent être hyperconnectés. Cela représente 15 réunions, soit 188 heures, en dehors des horaires de travail. À ces chiffres s’ajoutent 9 jours par mois durant lesquels un employé hyperconnecté envoie un mail en dehors des heures de bureau.

Afin d’éviter les effets néfastes de l’hyperconnexion sur la QVT, les entreprises sont tenues de sensibiliser et de former à la déconnexion pour protéger la santé des salariés. Chez Callimedia, il est possible d’accéder au module e-learning Hyperconnexion et droit à la déconnexion pour :

  • analyser les pratiques liées à l’hyperconnexion,
  • identifier les risques et les conséquences,
  • apprendre les bonnes pratiques pour le droit à la déconnexion,
  • respecter le droit à la déconnexion d’autrui.

Apprendre à se déconnecter et encourager cette pratique

Organiser son espace de travail et planifier ses tâches permet, dans un premier temps, de prendre du recul pour lutter contre l’effacement des frontières entre la vie personnelle et professionnelle. Il est possible de couper certaines notifications ou de rediriger les mails professionnels pour que leur consultation n’empiète pas sur le quotidien. L’objectif est de protéger la sphère privée de la surexposition aux écrans et aux outils numériques, sur le temps de loisir ou de repos.

Pour conserver un bon équilibre, il est conseillé d’avoir une activité physique en dehors des heures de bureau et d’adopter de bonnes habitudes alimentaires. Le week-end, s’il n’est pas inclus dans les horaires de bureau, doit être respecté. Afin d’encourager ce comportement en entreprise sur le long terme, découvrez les solutions Callimedia pour sensibiliser et former ses collaborateurs.

Inscrivez-vous vite à notre newsletter pour ne rien rater de l’actu du Digital Learning

« * » indique les champs nécessaires

Renseignez votre e-mail professionnel, c'est plus sympa 🙂

En validant votre formulaire, vous acceptez que Callimedia vous envoie des communications sur nos offres et services. Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment. En savoir plus sur notre Politique de confidentialité.

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.