Comprendre les risques de l’IA dans la formation e-learning

Date de parution

19/03/2024

femme avec panneau attention ia elearning

Dans un monde où la frontière entre technologie et réalité devient de plus en plus floue, l'intelligence artificielle (IA) a rapidement investi le domaine de la formation professionnelle en e-learning. Promesse d'une révolution dans l'apprentissage et l'enseignement, l'IA est aujourd'hui au cœur d'une transformation pédagogique, offrant des perspectives d'apprentissage personnalisé et d'efficacité inégalées. Cependant, cette avancée spectaculaire s'accompagne de son lot de défis et de questions éthiques. Quels sont les risques liés à l'adoption de l'IA dans nos systèmes d'apprentissage ? Comment naviguer entre les opportunités offertes par cette technologie et les pièges qu'elle pourrait dissimuler ? Chez Callimedia, nous nous proposons de démêler les complexités de l'IA dans l'e-learning, en mettant en lumière les enjeux, les dangers potentiels, et surtout, le rôle indispensable de l'intervention humaine pour une perspective de la formation professionnelle à la fois innovante et sécurisée.

La formation professionnelle à l'aire de l'IA : opportunités et défis

Bien que l’IA redéfinisse les contours de la formation en e-learning, en ouvrant la voie à des méthodes d’apprentissage plus personnalisées et efficaces, les entreprises se heurtent à de nouveaux défis pour intégrer cette technologie qui suscitent parfois des craintes.

Développement et évolutions de l’IA

Quelques dates clefs : 

  • 2012Le tournant du Deep Learning : L’année 2012 est souvent citée comme un point d’inflexion pour l’IA grâce à l’avancée du Deep Learning, illustrée par le succès de l’algorithme « AlexNet » dans le concours ImageNet. Cette percée a non seulement révolutionné le domaine de la vision par ordinateur mais a également ouvert la voie à des applications plus sophistiquées de l’IA dans le e-learning, telles que l’analyse prédictive des besoins d’apprentissage et la personnalisation des contenus pédagogiques.

 

  • 2015L’essor des MOOCs et des plateformes d’apprentissage adaptatif : Les Massive Open Online Courses (MOOCs) gagnent en popularité et en sophistication, intégrant des éléments d’IA pour offrir des parcours d’apprentissage personnalisés. Des plateformes comme Coursera, edX, et Udacity utilisent l’IA pour analyser les comportements d’apprentissage des utilisateurs et ajuster les contenus en conséquence, améliorant l’efficacité et l’engagement dans l’e-learning.

 

  • 2020L’adaptation au contexte de la pandémie de COVID-19 : Face à la fermeture des établissements d’enseignement et la transition massive vers l’enseignement à distance, l’IA joue un rôle crucial dans l’adaptation rapide des systèmes d’éducation et de formation professionnelle. Les solutions d’IA ont été largement adoptées pour soutenir l’évaluation en ligne, la surveillance, l’interaction en temps réel, et la personnalisation à grande échelle, démontrant son potentiel pour transformer l’apprentissage en ligne face à des défis mondiaux sans précédent.

Pour en savoir plus sur le marché du digital Learning en France et dans le monde

Quels sont les applications de l'intelligence artificielle en e-learning ?

L’intelligence artificielle révolutionne le domaine de l’e-learning en offrant des possibilités sans précédent pour personnaliser l’expérience d’apprentissage. Grâce à l’utilisation d’algorithmes avancés, l’IA est capable de s’adapter aux besoins individuels des apprenants, leur offrant ainsi un parcours éducatif sur mesure.

Cette personnalisation va bien au-delà de la simple recommandation de cours ; elle s’étend à l’ajustement en temps réel  :

  • du contenu
  • du rythme
  • des méthodes d’enseignement

Le tout, en fonction des progrès et des réponses de chaque utilisateur. Les chercheurs et experts en technologies éducatives collaborent étroitement avec les entreprises pour développer ces outils d’e-learning intelligents. Ces initiatives permettent non seulement d‘améliorer l’engagement et la rétention des connaissances chez les apprenants mais aussi d’ouvrir la voie à des approches d’enseignement plus inclusives et efficaces.

Limites et risques de l'IA

Malgré les avancées spectaculaires de l’intelligence artificielle (IA) dans l’e-learning, son utilisation soulève des défis et des limites non négligeables :

  • Les hallucinations ou aberrations, par exemple, se manifestent lorsque des algorithmes comme GPT-4 génèrent des réponses dénuées de sens ou erronées, un problème de sécurité qui peut induire en erreur les apprenants et compromettre la qualité de l’enseignement.
  • Les biais algorithmiques peuvent fausser le contenu pédagogique, reflétant des préjugés involontaires dans les données sur lesquelles l’IA a été entraînée, ce qui représente une attaque contre l’équité et l’inclusivité de l’apprentissage.
  • Le manque de personnalisation
  • La confidentialité des données 
  • L’isolement …

Face à ces risques, l’importance de l’encadrement humain et pédagogique devient cruciale. Ce partenariat entre l’homme et la machine s’avère essentiel pour exploiter pleinement le potentiel de l’IA tout en préservant les valeurs fondamentales de l’éducation.

Pourquoi doit-on craindre l'intelligence artificielle : les dangers pour la formation professionnelle

L’adoption de l’intelligence artificielle dans la formation professionnelle soulève des inquiétudes légitimes, touchant à la fois les entreprises, les individus et les aspects techniques.

Risques pour les apprenants

Les risques que l’IA présente pour les apprenants en formation professionnelle ne doivent pas être sous-estimés. Voici les principaux défis identifiés par chercheurs et experts :

  • Hallucinations et aberrations de l’IA : Parfois, l’IA peut générer des informations erronées ou dénuées de sens, risquant d’induire en erreur les apprenants.
  • Manque de personnalisation : Malgré les promesses de l’IA, une approche trop générique peut échouer à répondre aux besoins spécifiques de chaque individu, limitant l’efficacité de l’apprentissage.
  • Isolement : L’interaction principalement numérique risque d’isoler les apprenants, réduisant les occasions d’échange et de feedback humain vital pour un apprentissage équilibré.
  • Biais algorithmiques : L’IA peut perpétuer et amplifier les préjugés existants dans les données sur lesquelles elle a été entraînée, attaquant ainsi l’équité et l’inclusivité de l’éducation. Attention à ne pas endormir notre esprit critique.
  • Confidentialité des données : La collecte et l’analyse de données par l’IA soulèvent des inquiétudes majeures quant à la vie privée des apprenants, un risque que l’attaque sur la confidentialité des informations personnelles devienne monnaie courante.
  • Risque de duperie : Nécessité de transparence sur l’identité de l’interlocuteur (IA ou humain) pour éviter toute confusion ou tromperie.
  • Risque d’enfermement : Possibilité que l’IA restreigne l’accès à certaines ressources basées sur son évaluation du niveau de l’apprenant, soulignant l’importance de garantir l’accessibilité universelle aux contenus.
  • Risque d’écho : À l’instar des fils d’actualité sur les réseaux sociaux, l’IA peut favoriser la présentation de contenus confortables et familiers, au détriment de la diversité et de la confrontation d’idées.

Risques pour l'entreprise

Les entreprises font face à plusieurs risques stratégiques et opérationnels liés à l’adoption et à l’intégration de l’intelligence artificielle dans leurs pratiques :

  • Ne pas s’essayer à l’IA générative : Ignorer les avancées de l’IA, notamment les modèles d’IA développés par OpenAI et d’autres, peut placer une entreprise en désavantage concurrentiel. L’innovation est clé, et ne pas s’engager dans cette voie alors que d’autres le font peut s’avérer préjudiciable.
  • Concurrence IA vs. emplois : La question de l’impact de l’IA sur l’emploi est cruciale. Les entreprises doivent réfléchir à la manière dont elles peuvent s’adapter à l’utilisation croissante des ordinateurs pour effectuer des tâches traditionnellement humaines, en se concentrant sur la valeur ajoutée unique que les humains peuvent apporter.
  • Adaptation et intégration de l’IA : L’intégration de l’IA dans les pratiques de travail requiert une adaptation des structures et des processus internes. Comment l’IA peut-elle améliorer l’efficacité sans sacrifier l’aspect humain du travail ?
  • Questions éthiques : L’usage de l’IA soulève des questions éthiques importantes, notamment en termes de respect de la vie privée, d’équité et de transparence. Les entreprises doivent s’assurer que leur utilisation de l’IA respecte ces principes fondamentaux.
  • Problèmes de sécurité : La dépendance croissante à l’IA et aux ordinateurs expose les entreprises à de nouveaux risques en matière de sécurité informatique. Il est impératif d’adopter des mesures de protection robustes pour sécuriser les données (pour ne pas qu’elles tombent dans de mauvaises mains) et les systèmes d’IA contre les attaques à des fins malveillantes.

Risques techniques et sociétaux

Les défis liés à l’intégration de l’intelligence artificielle dans notre société et nos systèmes techniques sont vastes et complexes :

  • Pollution des données : L’IA générative (y compris les modèles d’IA développés par OpenAI) est vulnérable à la pollution des données. Lorsqu’elle traite des informations erronées ou biaisées présentes sur Internet, il y a un risque que l’IA les considère comme véridiques, propageant ainsi des fausses informations.
    De plus en plus de contenus internet sont rédigés par des IA. Comme nous l’avons vu, l’IA peut produire des « hallucinations ». Si les contenus ne sont pas vérifier avant d’être diffusés, il y’a donc un grand risque que l’IA propage de fausses informations à long terme.
  • Impact sur la vie privée : La collecte massive de données nécessaires pour alimenter les algorithmes d’IA pose de sérieux problèmes de sécurité et menace la confidentialité des informations personnelles. La protection de la vie privée devient alors un enjeu majeur dans le développement et l’utilisation de l’IA.
  • Enjeux démocratiques : Les biais inhérents à certains modèles d’IA peuvent influencer ou altérer la prise de décision et la perception de la réalité, mettant en péril les principes démocratiques. Une vigilance constante est nécessaire pour assurer que l’IA soutient plutôt qu’elle ne mine le discours démocratique.

Tous ces risques nécessitent une réglementation de l’IA et une attention soutenue de la part des experts, des chercheurs, des régulateurs et de la société dans son ensemble pour garantir que l’utilisation de l’IA soit responsable, sécurisée, et bénéfique pour tous les êtres humains.

Atténuation des risques et rôle crucial de l'humain

Loin des scénarios catastrophes de science-fiction qui font de l’intelligence artificielle un danger imminent pour l’humanité et un risque d’extinction, l’intégration de technologies comme GPT-4 dans la formation professionnelle marque des avancées spectaculaire. Il est cependant nécessaire de mettre en place des réglementations et de ne pas négliger l’importance de l’intervention humaine.

L'IA, un outil à humaniser

Au cœur de la Silicon Valley, des innovations comme GPT-4 d’OpenAI, encouragées par des visionnaires tels qu’Elon Musk, redéfinissent les frontières de l’éducation. Pourtant, malgré leur potentiel révolutionnaire, ces algorithmes restent intrinsèquement neutres, dépourvus de toute conscience éthique. C’est là que l’humain intervient, en encadrant ces technologies avec sagesse et vigilance.

Prenons l’exemple d’un ingénieur aux États-Unis travaillant sur une IA destinée à personnaliser l’apprentissage : sans une compréhension profonde des implications éthiques de son travail, le potentiel de « dérive » de la machine est réel.  Ainsi, derrière chaque algorithme doit se tenir une équipe humaine (ingénieurs pédagogiques, experts qualité…), prête à insuffler sens, direction et éthique. C’est cette symbiose entre l’humain et la machine qui propulse véritablement l’IA vers des horizons bénéfiques et sécurisés pour tous.

Adaptation et évolution des rôles professionnels

L’avènement de l’intelligence artificielle dans le milieu professionnel ne signifie pas la fin des emplois à temps plein, mais plutôt une révolution dans leur conception et leur exécution. La mise en place de l’IA, surtout dans le secteur de la formation, libère les professionnels des tâches répétitives, leur permettant de se consacrer à ce qui compte vraiment : la créativité, l’empathie, l’interaction humaine, le conseil et l’accompagnement, des compétences où l’IA ne peut rivaliser.

Prenons l’exemple de formateurs qui, grâce à l’IA, peuvent désormais passer moins de temps à organiser des sessions de formation et plus à personnaliser l’apprentissage et à répondre aux besoins spécifiques de chaque apprenant. Cette évolution marque l’aube d’une nouvelle génération de professionnels, où l’harmonie entre compétences humaines et capacités de l’IA minimise le risque à court terme de perturbations massives de l’emploi et maximise le potentiel d’un avenir du travail enrichi et plus épanouissant pour tous.

L'intelligence artificielle : danger ou progrès ?

Pour résumer, l’IA n’est pas un danger comme on peut le voir dans les films de science-fiction. Elle représente un progrès significatif, surtout dans l’univers de la formation professionnelle en e-learning. Elle offre la possibilité de personnaliser l’apprentissage (adaptive Learning) à un niveau jamais atteint auparavant, rendant les contenus plus interactifs et captivants, parfois même au travers de vidéos et d’exercices adaptatifs.

Toutefois, cette avancée technologique ne vient pas sans défis. Il est essentiel de développer des mesures pour sécuriser les données personnelles des apprenants et limiter les biais potentiels des algorithmes, tout en cultivant un esprit critique envers les informations produites par l’IA. En somme, si l‘IA est encadrée avec soin et éthique, elle se positionne davantage comme un allié précieux dans l’évolution de l’éducation et de la formation professionnelle, ouvrant la voie à des méthodes d’apprentissage innovantes et enrichissantes pour tous.

Découvrez notre article sur l’IA au service des professionnels de la formation, ainsi que notre podcast sur la création de formation plus immersives grâce à l’IA 

Découvrez notre podcast Never Stop Learning

L’écriture de cet article repose sur l’échange entre Pierre-Marie Lledo, auteur du livre « Le cerveau, la machine et l’humain» et Gérard Peccoux, président de Callimedia, durant l’épisode 68 de notre podcast Never Stop Learning. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les neurosciences et le Digital Learning, découvrez notre échange avec Céline Fouquet, lisez notre article sur les 4 piliers de la l’apprentissage selon Stanislas Dehaene ou découvrez nos livres blancs. Rendez-vous sur le site de Callimedia pour découvrir nos solutions Digitale Learning.

Inscrivez-vous vite à notre newsletter pour ne rien rater de l’actu du Digital Learning

« * » indique les champs nécessaires

Renseignez votre e-mail professionnel, c'est plus sympa 🙂

En validant votre formulaire, vous acceptez que Callimedia vous envoie des communications sur nos offres et services. Vous pouvez vous désabonner de ces communications à tout moment. En savoir plus sur notre Politique de confidentialité.

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.